dimanche 19 février 2017

Personal Shopper : Nouvelle photo de Kristen sur le tournage à Oman

Découvrez une nouvelle photo de Kristen sur le tournage de Personal Shopper d'Olivier Assayas à Oman, en décembre 2015. 




Personal Shopper : Interview d'Olivier Assayas avec Scotsman

A l'occasion de la promotion britannique de Personal Shopper, Olivier Assayas évoque Kristen, leur collaboration, l'intrigue du film et Hollywood dans une interview avec Scotsman.


Interview – Olivier Assayas à propos du fait de diriger Kristen Stewart dans Personal Shopper

Lorsque Kristen Stewart cherchait à sortir de la franchise Twilight, elle a sollicité le réalisateur français vétéran Olivier Assayas. La paire a fait l'acclamé Clouds Of Sils Maria en 2014 et leur toute dernière collaboration, Personal Shopper, est projeté lors du Festival du Film de Glasgow cette semaine. Cela donne l'impression d'être le début d'une belle amitié, a déclaré le réalisateur à Alistair Harkness.

Le succès d'un blockbuster peut hanter un acteur lorsqu'il est atteint au début d'une carrière. Dans le sillage de Titanic, Leonardo DiCaprio a dû faire trois films avec Martin Scorsese avant que les gens n'acceptent ce qui aurait dû être évident : qu'il est le meilleur acteur américain de sa génération. Pour Kristen Stewart, cette réévaluation est en train de se produire actuellement, grâce à ses collaborations avec l'auteur français vétéran Olivier Assayas. Après Clouds Of Sils Maria en 2014 – pour lequel Stewart est devenue la première actrice américaine à remporter un César (l'équivalent français des Oscars) – et maintenant [avec] son nouveau film Personal Shopper, elle a exorcisé le fantôme de Twilight.

'Je me sens extrêmement chanceux d'être capable de travailler avec elle à ce moment de sa carrière', confirme Assayas lorsque nous nous rencontrons à Londres pour discuter de Personal Shopper, qui, comme l'industrie cinématographique présentée dans Clouds Of Sils Maria, offre une méditation sournoise sur le croisement entre la célébrité avec la réalité (bien que cette fois elle soit mise sur le fond de l'industrie de la mode). 'Les rôles ont un rapport avec la personne qu'est Kristen. Elle est une grande star de cinéma, mais elle est aussi une personne très ouverte et simple : c'est un côté d'elle que je voulais vraiment voir et l'aider à traverser, ce qui je suppose est la raison pour laquelle j'ai créé ces deux personnages pour elle'.

Bien que les films racontent des histoires indépendantes, elles sont liées dans le sens où les deux Stewart placent Stewart dans le rôle d'assistantes de célébrités riches, torturées. Valentine dans Clouds Of Sils Maria et Maureen dans Personal Shopper sont des extensions l'une de l'autre, faisant partie d'un réseau invisible, très réel d'assistantes personnelles mis en place dont la capacité à gérer la vie privée et professionnelle de riches et célèbres aide à soutenir l'illusion que ces modes de vie sont d'un monde et désirables, accessibles au reste d'entre nous – si ce n'est que par ces portiers jeunes et hyper efficaces.

Dans Personal Shopper, cependant, Assayas a mis en avant l'aspect de l'au-delà en faisant du film une sorte de film d'horreur. En plus d'être une acheteuse de mode pour une mannequin gâtée, absente, [le personnage] de Maureen de Stewart est également un médium qui est obsédée par le contact avec son frère mort et a même une carrière secondaire en tant qu'enquêtrice paranormal. Si cela être un peu gnangnan sur le papier, l'utilisation d'éléments de genre dans un film autrement naturaliste le rend complètement déroutant à l'écran.

'L'horreur me permet d'exprimer des choses que je ne pouvais pas exprimer si je n'utilisais pas ces éléments', dit Assayas, qui a déjà flirté avec le genre auparavant, notamment dans Irma Vep, son film de 1996 sur le cinéma. 'Pour moi, les éléments de genre créent un lien physique ou émotionnel avec le public. Lorsque vous regardez Kristen dans la première scène du film qui traverse la maison hantée, vous êtes avec elle : vous ressentez physiquement ce qu'elle ressent. Cela ajoute une autre dimension'.

Dans le même temps, Assayas insiste sur le fait qu'il n'était pas intéressé par le fait de faire un 'tour de manège'. 'Les films d'horreur sont des manèges finalement. Je ne fonctionne pas comme cela. Les éléments de genre sont plus semblables aux portes d'un autre monde ; ils n'ont pas à contaminer le film entier'.
En effet, la séquence la plus intense du film ne comporte aucune apparition fantomatique, mais une conversation textuelle étendue qui est efficace précisément en raison de sa banalité. 'Je pense que les conversations que nous avons par le biais des textos ont une tension très intéressante', acquiesce Assayas. 'Ils ont leur propre type de suspense. Le phrasé est très précis et souvent plus c'est court et plus c'est brutal, mieux c'est. Pour moi, la question était de savoir de quelle manière cela pourrait être traduit à l'écran et utilisé comme un dispositif dramatique qui sera aussi puissant que la fascination que nous avons avec nos écrans de téléphone ?'. En effet, la séquence la plus intense du film ne comporte aucune apparition fantomatique, mais une conversation textuelle étendue qui est efficace précisément en raison de sa banalité. 'Je pense que les conversations que nous avons par le biais des textos ont une tension très intéressante', acquiesce Assayas. 'Ils ont leur propre type de suspense. Le phrasé est très précis et souvent plus c'est court et plus c'est brutal, mieux c'est. Pour moi, la question était de savoir de quelle manière cela pourrait être traduit à l'écran et utilisé comme un dispositif dramatique qui sera aussi puissant que la fascination que nous avons avec nos écrans de téléphone ?'.

La fascination d'Assayas pour la façon dont le film s'entremêle avec la réalité est un thème courant dans la majeure partie de son travail, que ce soit la méta-nature d'Irma Vep mentionné précédemment, les rêveries futuristes de son cultissime Demonlover, la déconstruction du mythe dans son épopée Carlos ou les épanouissements autobiographiques inclus dans l'exploration du radicalisme étudiant de Something In The Air. Dans beaucoup de ses films, les personnages peuvent être vus en train de regarder, faire ou parler de films. Dans Personal Shopper, il met cela à jour en incluant un film dans un film sous forme de clips Youtube ludiques d'un film sur l'intérêt de Victor Hugo dans le monde des esprits. Cela fonctionne, dit-il, comme un commentaire irréfléchi sur la quête de Maureen, mais il représente également la façon dont les clips vidéos ponctuent maintenant notre vie quotidienne, augmentant nos conversations et même en nous aident à interpréter le monde qui nous entoure. 'C'est le nouveau statut des images. Vous faites un film et puis tout d'un coup, un clip apparaît sur Youtube et il y aura ce nouveau statut étrange. Ce n'est pas pour ça que je fais des films, mais je fais des films qui tentent de représenter le monde moderne et cela est devenu un moyen de communication important'.

En tant qu'ancien critique de cinéma pour Cahier du Cinéma – le légendaire magazine français qui compte Jean Luc Godard et François Truffaut comme anciens contributeurs – Assayas fait partie d'une grande tradition de cinéastes français qui ont passé beaucoup de temps à écrire et à penser et à théoriser sur le cinéma comme un moyen d'avancer leurs propres contributions éventuelles à l'art. Bien qu'il affirme que sa carrière précédente semble daté d'il y a longtemps, il continue à voir la valeur dans la théorie du cinéma, licenciant les réalisateurs qui prétendent travailler sur l'instinct comme ignorant l'art. 'Ce n'est pas une position dans laquelle je veux être', dit-il.

À cette fin, il ne sait pas s'il aimerait travailler à Hollywood. En fait, il est plutôt certain qu'il détesterait. Avant de faire Personal Shopper, il devait tourner Idol's Eye, un film d'époque sur les gangs avec Robert De Niro. Il s'est écroulé 24 heures avant que les caméras ne soient lancées. 'Ce que j'ai appris, c'est à quel point le monde d'Hollywood est étranger pour moi. Le cinéma devrait être une joie, mais tout le système est créé pour rendre votre vie misérable'.

A t-il encore envie de faire le film ? 'Bien sûr. Toute expérience qui développe mes aventures en que cinéaste est bénéfique'.

Cela ressemble à une bonne philosophie : Idol's Eye a depuis été ressuscité. Avec Sylvester Stone dans le rôle principal.

Personal Shopper sera diffusé sur les écrans du Festival du Film de Glasgow les 18 et 19 février et sortira à l'échelle nationale le 17 mars.



Personal Shopper : Interview d'Olivier Assayas avec The Skinny

A l'occasion de la promotion britannique de Personal Shopper, Olivier Assayas évoque Kristen, le projet, leur collaboration et les qualités de l'actrice dans une interview avec The Skinny.


Olivier Assayas à propos de Kristen Stewart & Personal Shopper

Le toujours polyvalent Olivier Assayas revient sur le territoire du genre avec l'étrange et mystérieuse histoire de fantôme Personal Shopper, qui se concentre sur une performance nocturne de Kristen Stewart. Quand nous rencontrons le réalisateur français, il n'a que des louanges pour sa star.

Demandez à n'importe quel réalisateur l'aspect du cinéma qu'ils apprécient le moins, et 99 fois sur 100, ils vous diront que c'est parler avec la presse. Et qui pourrait les blâmer ? Avoir à entendre ces mêmes questions non originales encore et encore. 'Où avez-vous eu l'idée initiale ?', 'Qui sont vos influences ?' et bien sûr la question d'actualité obligatoire qui, pour les quatre prochaines années, sera, 'Que pensez-vous de Trump ?'. Le réalisateur français Olivier Assayas, cependant, fait partie de l'incertain 1%.

'C'est toujours intéressant de discuter de vos propres films, parce que vous les réinventez en parlant d'eux', affirme Assayas lorsque nous nous asseyons pour discuter dans un hôtel de Londres. Il explique qu'en mode réalisateur, il n'a pas l'occasion de verbaliser à sa distribution et son équipe ses intentions pour le film. 'Je ne suis pas une personne très théorique quand je suis sur le tournage, je suis tout simplement sur l'action ; je pense que c'est la façon dont les films sont faits. Là, je prends décision après décision au jour le jour, et une fois que le film est fini, c'est là que vous pouvez essayer de comprendre la raison pour laquelle vous avez pris ces décisions et comprendre, fondamentalement, ce que le subconscient conduit à tout'.

C'est de la musique pour nos oreilles, car nous sommes ici pour discuter de Personal Shopper, un film séduisant et inclassable plein de mystères et de nuances. Il est centré sur une jeune Américaine insatisfaite appelée Maureen, interprétée par Kristen Stewart – qui est devenue la première actrice américaine à remporter un César (essentiellement l'équivalent des Oscars français) pour sa performance dans le film précédent d'Assayas Clouds Of Sils Maria. De jour, notre héroïne travaille comme acheteuse de mode et chien de chasse en chef pour une mannequin colérique qui est basée à Paris. Le côté décalé de Maureen, toutefois, est beaucoup plus intéressant.

Elle est un médium et le film commence avec elle alors qu'elle travaille, mais c'est avec celui-là qu'elle a un lien personnel. Maureen a été chargée de vérifier la villa sombre et grinçante que la petite amie de son frère jumeau Lewis a hérité, pour voir si des esprits indésirables s'y attardent. Cependant il s'avère que Maureen en est certaine, elle est hantée, alors qu'elle est impatiente de parler à un esprit en particulier : Lewis, qui est mort dans la maison d'une défaillance cardiaque (un défaut que sa sœur partage) il y a quelques mois.

Maureen insiste sur le fait qu'elle doit passer une nuit seule dans la maison pour vérifier, et comme prévu, les choses vont sombrer dans l'obscurité : une apparition fantomatique apparaît, mais c'est bienveillant. Lewis, cependant, ne manifeste pas sa présence. 'C'est difficile de trouver un portail pour entrer dans le monde des esprits', dit Maureen, 'C'est juste comme ça'.

Bien que cette description pourrait évoquer des idées dans votre esprit d'un hipster type Conjuring, Assayas, comme il le fait souvent, nous a mené sur une fausse piste. Le reste de son histoire de fantôme ne se déroulera pas dans les espaces habituels des greniers hantés, des sous-sols flippants ou des cimetières effrayants, mais bien plus dans le monde moderne des hôtels de charme, appartements penthouse et, dans l'une des pièces les plus excitantes du film, l'Eurostar. Et au lieu de communiquer via des tâches de sang ou des charnières de portes qui grincent, les fantômes de Personal Shopper utilisent des textos sur iPhone.

Ce qui rend le film si inhabituel et convaincant est cette tension entre le réel et le surnaturel. 'Je voulais vraiment un personnage qui est ancré, qui est terre à terre et qui est très humain', explique Assayas. 'C'est ce que Kristen m'a apporté. Elle a cette présence d'écran, elle est cette personne vraiment solide. Cela est vraiment important que nous nous identifions à ce personnage, parce qu'elle ouvre ces portes dans l'inconnu'.

'Lorsque j'écrivais [Personal Shopper], je ne savais pas que j'écrivais pour Kristen', explique Assayas. 'Mais je pense que si je n'avais pas fait Clouds Of Sils Maria avec Kristen, si je n'avais pas passé du temps avec elle, je n'aurais pas créé un personnage similaire à Maureen. Et lorsque j'ai fini d'écrire et que j'ai fini par donner à Kristen le scénario, elle l'a lu et l'a adoré et tout d'un coup il y avait une suite logique intérieure à tout cela'.

Comme c'est le cas avec de nombreux critiques, il a fallu à Assayas un moment pour se rendre compte à quel point Stewart est talentueuse. Sa première expérience la concernant a été dans Sur La Route de Walter Salles. 'J'ai aimé ce que j'ai vu à l'écran', se souvient-il. 'Mais je n'avais jamais vu quelque chose que je pensais être complètement accompli'. Ce n'est qu'en travaillant avec elle sur Clouds Of Sils Maria qu'il s'est rendu compte à quel point elle est vraiment excellente. 'Elle était quelque chose d'autre, elle était unique. Elle a vraiment ce mélange extraordinaire d'intuition. Elle est complètement, incroyablement naturelle. Elle ne fera jamais la même chose deux fois. Elle a besoin de ressentir les choses et simultanément, elle a tellement de contrôle sur ce qu'elle fait'.

Assayas était tellement impressionné, en fait, qu'il a senti que son matériel l'avait laissé tombé. 'J'étais un peu frustré parce que le personnage que j'ai écrit pour elle dans Clouds Of Sils Maria était une dimension', se plaint-il. 'Elle n'avait pas beaucoup d'espace pour créer un personnage. J'étais extrêmement satisfait avec ce que nous avions fait ensemble, mais c'était un peu frustrant parce que je pensais que nous aurions pu aller beaucoup plus loin. Elle est une actrice très intelligente et je pense qu'elle a une portée illimitée qui doit être challengée'.

Avec Personal Shopper, ils ont fait exactement cela. Ce qui impressionne, c'est que la plupart des films se jouent sur le personnage de Stewart en solo, en courant dans les rues de Paris pour faire des achats ou simplement réagir au tout dernier texto sur son téléphone – peut être surnaturel. Si impérieuse est sa performance, cependant, que vous ne voulez jamais que vos yeux ne quittent l'écran, même lorsqu'elle ne semble ne rien faire. Assayas pense, en tant qu'acteur, qu'elle est cinématographique de naissance : 'Elle se meut dans le cadre comme une danseuse, vous savez ? Elle a une façon de jouer avec son corps et avec la caméra et elle a cette compréhension de l'espace. Pour un cinéaste, c'est assez unique'.

Peut être est-ce ce qui est si excitant pour les fans de cinéma, c'est qu'Assayas estime que Stewart vient de gratter la surface de ses talents. 'Après deux films, j'ai le sentiment que je ne la connais pas encore', dit-il. 'J'ai l'impression qu'il y a plus d'espace là-bas. Je pense que c'est la première fois que cela m'est arrivé avec un acteur pour lequel je ne sais pas où est sa limite'.

Cela semble être le début d'une belle collaboration réalisateur/actrice.


Nouvelles photos de Robert Pattinson dans The Lost City of Z


image host image host image host image host image host image host image host image host

Update : Ajout d'une des photos en UHQ :
image host

http://therpattzrobertpattinson.blogspot.be/

Encore plus de nouvelles photos de Robert Pattinson en tant qu'Henry Costin dans The Lost City of Z



image host image host image host image host image host image host

Et les photos de l'autre jour en meilleure qualité :

image host image host image host image host image host image host image host
http://therpattzrobertpattinson.blogspot.be/

Nouveau/ancien portrait de Robert Pattinson lors de la Berlinale 2015


http://therpattzrobertpattinson.blogspot.be/

vendredi 17 février 2017

Nouvelles Photos de Robert Pattinson à l'After Party de 'The Lost City of Z' à Londres (16 Février 2017)

Via Harpers Bazaar: A l'avant-première et after party de 'The Lost City of Z'. Venez dans les coulisses avec nos photos exclusives. La projection a été suivie d'un diner intimiste du cast à l’hôtel Beaumont.
image host
image host
Photos de fans:
image host
Légende: Ca a pris plus de huit ans, mais j'y suis enfin arrivée, je n'arrive toujours pas à y croire #RobertPattinson #TheLostCityofZ #premiere #london
image host

http://www.pattinson-art-work.com/

Interviews vidéos de Robert Pattinson lors de la première de The Lost City of Z à Londres - Le 16 Février 2017

Interview avec ODE :


Résumé : La journaliste lui dit que Charlie Hunnam avait du mal à croire que sa barbe était vraie. 
Robert : Quand ils ont fait leur premier essai maquillage, Charlie le pensait, car il lui a demandé comment il avait fait pour qu'elle est l'air si réelle.
La journaliste lui demande ensuite si ça a été difficile de la laisser pousser. 
Robert : Il n'y a pas vraiment réfléchi, c'est simplement arrivé. Ça a été un soulagement de s'en débarrasser. 
La journaliste lui parle ensuite de Spiderman joué par Tom Holland et lui demande s'il est prêt à le rejoindre dans l'univers Marvel. 
Robert : Cela dépend de tom, la décision lui revient. Il a hâte de le voir dans ce rôle.





Résumé : Charlie : Son personnage est un homme complexe, son obsession lui prenait beaucoup de temps et d'énergie, il avait tendance à négliger sa vie de famille et parfois sa propre sécurité et sa santé, d'explorer cela l'intéressait. Fawcett rejetait le système des classes britannique et recherchait un endroit où les gens avaient une manière de vivre différente. Le tournage du film s'est terminé il y a plusieurs mois, mais avec ce qu'il se passe aux Etats-Unis, en France, en Grande-Bretagne, ce sujet est toujours d'actualité. 
James : Avoir une histoire avec un personnage si magnétique, un homme qui est allé dans la jungle, qui a combattu durant la 1ère guerre mondiale, c'est une chose merveilleuse. Un des points qu'il a adoré dans l'histoire c'était de devoir tourner dans un endroit magnifique, mais il a rapidement réalisé que l'humain était l'envahisseur, car les insectes et les animaux ont pris le pouvoir. Ça a été difficile d'être le déjeuner des moustiques. Les choses ont malheureusement peu changé, c'est ce qui rend l'histoire intéressante. Quand on fait un film qui se déroule dans le passé, on ne fait pas seulement un film à propos du passé, on fait également un commentaire sur le présent. Pour lui rien n'a changé et malheureusement cela s'est récemment prouvé. 
Sienna : Elle ne connaissait pas l'histoire avant d'avoir lu le scénario et le livre, ensuite elle a essayé de trouver tous ce qu'elle pouvait sur son personnage, mais il n'y avait pas grand chose, car à l'époque les femmes n'étaient pas digne d'être documentées. C'était une suffragette, une mère et une femme extraordinaire et elle l'a vraiment adoré. C'est un monde très différent aujourd'hui, les femmes sont plus émancipées, même si elles ne le sont pas autant qu'elles le devraient selon elle. La balance entre la maternité, le travail et être une épouse a toujours été compliquée pour les femmes, car elles ont un sentiment de responsabilité, mais c'est un monde vraiment différent que celui de cette époque. Elle l'admire, elle aimerait avoir certaines de ses qualités, elles se rejoignent sur certains aspects, Nina est une femme très moderne, elle est meilleure qu'elle.
Robert : Il explique qu'il joue l'aide de camp de Percy Fawcett, l'explorateur. Il lui est loyal, c'est son bras droit. Les personnages avaient le sentiment d'être au début de quelque chose, personne ne pouvait prédire ce qui allait se passer après, ils y allaient sans avoir de plan particulier, ils voulaient simplement explorer, voir ce qu'il y avait dans ces zones inconnues. C'est un chemin difficile à suivre quand on fait un film, car le point de vue contemporain de cet époque est très différent. [La jungle] est un endroit magnifique, c'était la saison des pluies, mais de devoir porter des maillots de bains tous les jours pendant deux mois et d'aller travailler en bateau était génial.

Interview avec A.P :

Résumé : Charlie : Le fait que ce soit une histoire vraie et qu'il ait existé est une grande responsabilité, plus il lisait de choses sur lui plus il apprenait les complexités et les nuances de cette homme et de sa vie, de ce qu'il peut en dire il l'aime beaucoup et l'admire. De le représenter tel qu'il était vraiment, ou du moins d'être aussi proche que possible de la réalité était une grosse responsabilité pour lui. 
Robert : Même passage que la seconde vidéo. 
James : C'est difficile de trouver une histoire aussi bonne que celle-ci, qui parle d'une personne avec une incroyable ambition et avec une beauté si transcendante, d'aller dans la jungle et se battre durant la guerre, c'est une vie incroyable. 
Sienna : Le lieu de la première est parfait pour ce film, il correspond bien à l'histoire, elle adore le British Museum et y vient souvent. 
Robert : Même passage que la seconde vidéo.
Charlie : Il vit désormais en Californie et cela lui a permis de faire plus attention à la nature qui l'entoure et à ses dangers. A choisir il préfère la jungle à Londres. 
James : Il n'est pas fait pour être dans la jungle, il est fait pour l'air conditionné et pour un lit douillé. Le plus dur à supporter est la punition physique, d'être sous 40 degrés avec 100% d'humidité et avec tous ces insectes.
Sienna : Elle adore le travail de James, il obtient toujours des performances incroyables de ses acteurs. Elle a tout aimé dans le scénario, le fait que ce soit un film d'aventure, que cette femme était courageuse et forte.

Traduction : Sabine@therpattzrobertpattinson.blogspot.com

Interviews Vidéos de Robert Pattinson lors de la première de The Lost City of Z à Londres - Le 16 Février 2017 (2ème partie)

Interview avec Heart :



Interview avec BBC : 

cliquez sur l'image pour accèder à la vidéo
[Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo]

Traduction à venir....

http://therpattzrobertpattinson.blogspot.be/

'The Lost City of Z': Interviews de Robert Pattinson & du Cast sur le Tapis Rouge de Londres







http://www.pattinson-art-work.com/

'The Lost City of Z': Vidéo de Robert Pattinson & du Cast Présentant le Film sur Scène


http://www.pattinson-art-work.com/

Nouvelle Photo de Robert Pattinson à Londres (16 Février 2017)


http://www.pattinson-art-work.com/

Interviews vidéos de Robert Pattinson lors de la première de The Lost City of Z à Londres - Le 16 Février 2017

Interview avec ODE :


http://therpattzrobertpattinson.blogspot.be/

jeudi 16 février 2017

Personal Shopper : Projection au LACMA avec Kristen & Olivier Assayas le 06 mars prochain

Pour assurer la promotion de Personal Shopper aux Etats Unis, Kristen et Olivier Assayas assisteront à une projection du film au musée LACMA le 06 mars prochain à 19h30 (soit le 07 mars à 4h30 pour la France). Une session questions/réponses avec le public est également prévue après la projection. 


Personal Shopper : Nouveau gif avec Kristen


 http://www.kstewfrance.com/

Personal Shopper : Nouvelle affiche officielle pour le Mexique


Photos et vidéos de Robert Pattinson lors de la première de The Lost City of Z à Londres - Le 16 Février 2017





Photos de fans/médias :
image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host  image host image host image host   image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host imgbox imgbox 
imgbox image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Photos HQ :

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host       image host      image host image host image host image host image host image host image host     image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host             image host       image host image host image host image host image host image host image host     image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host         image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host   image host image host image host image host image host   image host  image host image host image host image host   image host image host image host image host image host   image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host  image hostimage hostimage host

A l'intérieur du cinéma :
Photos de fans/médias :
image host

Vidéos :




 http://therpattzrobertpattinson.blogspot.be/
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...